• IMG_6174IMG_6229IMG_6201IMG_6355IMG_6319Panama

    Arrivés à Panama City on se croirait à New-York. Des énormes immeubles le long de la mer! Belle ballade vélo amménagée et dernier petit resto pour nous.

    Nous retrouvons quelques voyageurs déjà croisés auparavant...

    Visite des écluses du Canal de Panama avec les bateaux gigantesques qui passent tout juste, 50cm de chaque côté.

    2 jours du côté atlantique sur le parking d'une marina et grand tri du coco.

    Les 2 dernières journées en ville sont horribles. Contrairement à ce que la compagnie avait dit, les démarches pour le bateau sont très longues. Je vous passe les détails mais 2 jours complets d'attente, de papiers dans les bureaux de douanes où les gens sont hyper antipathiques et personnes ne parle un mot d'anglais, cela avec des allers retour entre panama city et le port à 80km... Une galère.

    Ensuite les 2 nuits dans l'hotel, c'est finalement un appart très grand mais avec une piscine glassée de 50cm d'eau et un proprio malhonnête qui nous demande une caution qu'il ne nous rend pas...

     

    Excellente dernière soirée. Pendant notre attentes aux douanes, les enfants nous ont préparé un grand repas de fête! Tout en surprise. Grandes discussions de partage sur le voyage et les appréhensions du retour...

     

    Retour en avion depuis Panama. Gros stress au départ. On prévient toujours en avion qu'on a une fille très allergique aux arachides et on demande qu'une annonce soit fait pour prévenir les voyageurs et donc éviter que tout le monde sorte ses cacahuètes, sans garantie biensur. On a jamais de problème mais ici l'hotesse panaméenne débile a voulu nous mettre dehors de l'avion! Elle est venue nous dire qu'on devait sortir! Après négociation ferme on a pas rester, c'était dingue.

    PLUS JAMAIS JE NE METS UN PIED A PANAMA!IMG_6622

    Nous sommes bien rentrés donc à Bruxelles et accueillis par les grand-parents pour un bon petit déjeuner.

    On reprend donc nos marques dans notre grande maison, à notre aise.


    votre commentaire
  • Costa Rica la suite, et presque la fin du voyage... Dernier message avant le bilan du retour...

     
    Notre périple a continué par  une visite du volcan Poas. Il est magnifique, grande étendue lunaire avec un lac turquoise au milieu. Belle excursion.  Voyez la photo:
    IMG_5783
     
    Bref vous avez compris c'était plutôt la purée de Poas...
     
    Notre dernière semaine au Costa Rica est une semaine de plage. Nous avons trouvé une magnifique plage des caraïbes quasi déserte avec mer turquoise, sable et cocotiers, digne d'une carte postale. De plus la végétation ici est superbe, jungle au bord de l'eau, très verte et luxuriante avec animaux en tous genres. Toujours nos amis les singes dont les capucins et il semble qu'un d'entre eux nous ai volé un maillot... Mais nous avons aussi découvert des paresseux, c'est leur région. Trop mignon, ils sont très très lents et dorment... Au programme de la semaine: beaucoup d’école pour les grands, baignade, construction pour les petits, belles ballades en vélo, lecture, feu, réservé naturelle, ,... Et organisation du retour...
    Les 2 premiers jours nous étions avec d'autres voyageurs. On a été dans un centre qui s'occupe des animaux blessés de la jungle et on a pu aller dans la cage avec les singes qui venaient sur nous, chouette!
    Les inconvénients de la plage: il fait très très humide (pluie la nuit), on est collants et salés et il y a le soir les mouchettes piquantes de sable. Nous reviendrons de ce voyage avec des cicatrices plein les jambes!!
    Nous avons lancé notre dernière lanterne dans le ciel...
    IMG_5869IMG_5928IMG_5931IMG_5934IMG_5940IMG_5962IMG_5983IMG_5806IMG_6005
     
    Il est temps de passer au Panama, la route traverse les bananeraies à perte de vue de Chiquita et les ananas Dole... Passage de frontière encore plein de paperasses. .mais  surtout comment passer la frontière sans un sou en poche? En effet les distributeurs avant sont en panne, il nous reste 0 colonnes Costa rica et 10 dollars! Et pas de cartes visa à la frontière.. On a dû taxer des touristes en changer les 100 euros qui nous restaient... Journée bien pelante en plus avec 3 enfants sur 4 très bruyants...
     
    Ce que l'on retient du Costa Rica en vrac:
    - d'abord on a tous adoré ce pays, si beau et zen, on pourrait y vivre!
    - les grostaricains
    - les tortues, crabes mauves, singes, serpents jaunes et paresseux
    - très développé
    - touristique
    - ils adorent les debroussailleuse
    - superbes plages pacifique et caraïbes et mer turquoise
    - commerces allemands pas sympas et chers
    - tyroliennes
    - sources chaudes
    - cher
    - beaux vélos et ballades vélo
    - vagues absorbantes, coulantes, renversantes et dispersantes. Sulami
    - gens très gentils, nous font tous signe
    - pura vida
    - bonnes routes principales et ensuite pistes de merde
    - meilleurs pains et gozettes
    -centre d'animaux
    - bivouacs sauvages partout et sécurité totale
    - rainforest
    - propreté
    - du pacifique à l'Atlantique
    - eco longe et bob Marley sur les caraïbes
    - relax, zen, peu roulé
    - humidité et sable collant
    - eau partout: mer lac cascades rivières sources pluie
     
    Une semaine au Panama.
     
    En commençant par 3 jours le long d'un belle rivière avec canyon et sauts. Parfait car il fait chaud... 40°... Des supers sauts de 5m de haut et Lise de presque 3 m! Village très paisible dans la campagne avec les Panaméens aussi charmants que les costaricains... Il y a du monde à la rivière avec cette chaleur, les enfants n'ont école que le matin ici!
     
    Le passage de l'Atlantique au Pacifique est très frappant dans ces pays. Du côté caraïbes la jungle était impressionnante avec air humide et pluie, en traversant on monte un peu dans la montagne et après à peine 50 km ça redescend vers le Pacifique où c'est complètement différent, directement! Toujours soleil ( sauf en saison des pluies), air sec et moins de végétation. 
     
    Nous nous dirigeons aujourd'hui vers Panamacity vers un parking de marina où se retrouvent les voyageurs comme nous. Ils attendent leur bateau pour passer en Colombie et continuer leur voyage en Amérique du Sud. En effet, il n'y a pas de route pour passer de l'Amérique du nord au sud! De Panama à la Colombie il faut prendre un bateau ou l'avion! Les 2 continents sont pourtant reliés mais c'est zone de montagne et de jungle avec du trafic en tous genres par des chemins mais pas de route. Il y a bien un projet de continuer la panaméricaine  ( autoroute qui longe tout le pacifique du Canada au sud du Chili) mais pour quand et comment?
     
    Ensuite on doit aller côté atlantique déposer mardi notre coco au port. Puis 2 nuits à l'hôtel et jeudi avion!!!
     
    Et nous seront donc de retour!!! Un peu déboussolés sans doute mais ravis du voyage!!!
     
    Durant ce voyage, nous nous en sommes sortis in extremis:
    - éruption du volcan Pacaya.
    - trou dans le pont du Costa Rica
    - la tornade de Galveston
    - un fou sur le ponton de Bacalar
    - le crocodile sautant dans la barque à San Blas
    - les hommes à machettes de Agua Azul
    - l'ouragan de Texline
    - Maud et la glace aux peanuts au Wallmart
    - la descente folle en bus à Solola
    - les raies volantes piquantes en Baja California
    - le mini avion du Grand Canyon
    - serpents mortels, mygales et scorpions
    - nathan et sa chute de Monument valley
    - nathan dans le courant de la rivière du lake Mead
    - Maud et nathan qui escaladent les buttes delà valley of the gods...
     
    A très bientôt donc!!!
     
    La troupe au vert.
    IMG_5852IMG_6047IMG_6057IMG_5770IMG_6069IMG_6104

    votre commentaire
  • Le Costa Rica
     
    L'arrivée et les plages par Maud
     
    Salut tout le monde :)
     
    On est donc arrivés au Costa Rica  le 26 janvier. Il y avait beaucoup de file à la frontière parce que les gens qui vivent là-bas et qui ne sont pas Costaricains doivent sortir du pays tous les 3 mois du coup ils vont 1 jour au Nicaragua... Mais heureusement on avait des super bons croques monsieur préparés par Martin !  Et puis on est super organisé :  je vais dans une file pour l immigration, maman dans une autre file à la douane, papa au parking et à la banque pour trouver des devises locales et Nathan comme agent de liaison entre moi, maman, papa et Martin et Lise dans le camper, pour  nous dire quand c'est notre tour, et qu'on doit tous montrer nos tronches...
     
    Après un petit peu de route et une longue piste on est arrivés à la plage. Ça faisait longtemps... Il y a beaucoup de Costaricains (grostaricains comme les a surnommés papa) parce que c'est dimanche. Très belle plage,on dort au bord. Les deux jours qui suivent on a glandé à la plage toute la journée. En allant faire un tour sur la plage le matin maman et nathan ont vu des traces bizarres et après maintes réflexions on a conclu que c'était des traces de tortues d'eau. Moi, Martin et Nathan on a joué dans les vagues toute la journée avec notre petit surf. C'est vraiment super. On a aussi nagé dans les vagues qui sont assez "renversantes". Lise s'est fait renversée deux fois par des vagues alors elle ne veut plus trop aller dans l'eau à cause des grosses vagues, les "soulamis". 
     
    Ensuite on est partis vers une autre plage. On est partis à la recherche d'une glace mais on s'est finalement retrouvé avec un brownie moelleux délicieux ! :p On a encore joué dans les vagues et celles-ci sont grandes mais pas "renversantes", elles sont "coulantes" et "absorbantes". 
     
    Faisons donc une synthèse sur les vagues...
     Les renversantes (ou soulamis comme Lise les appelle)  nous coulent si on est à l'endroit où elles éclatent sauf si on plonge sous l'eau juste avant. Elles sont assez grosses.
     Les coulantes sont très grandes mais ne font pas un gros rouleau, elles éclatent tout doucement.  
    Les absorbantes sont idéales pour le surf et ont des forts courants qui nous attirent. Elles sont en général aussi renversantes. C'est face à une énorme comme ça que je me suis retrouvée. J'ai essayé de reculer mais le courant me tirait trop je ne savais donc pas m'en aller et je voyais la vague s'agrandir et approcher. Juste avant qu'elle éclate, juste là où j'étais, j'ai eu une idée "miraculeuse" : se protéger avec la planche de surf ! Malheureusement ça n'a pas marché, avec la force de la vague la planche m'a tapé la tête et j'ai été emportée sous l'eau... Heureusement j'en suis sortie indemne (à part un petit mal à la tête, c'est dur une planche de surf !).
     
    Le jour d'après on a fait des lessives et on est partis à la recherche d'une plage où des tortues géantes viennent pondre. Arrivés, on apprend que ce n'est plus là mais à une autre plage. On part donc et après une heure de recherches on arrive mais il n'y a personne !  Vers 18h plein de camionnettes arrivent avec des guides. On se prépare vite vite : 3 lampes de poche parce qu'il fait noir et un paquet de chips. Tous les groupes vont sur une autre plage, pour y arriver il faut passer de l'autre côté d'une colline. On part donc tout seul. Je ne suis pas très rassurée, il faut dire que les chemins sont juste assez larges pour nous, qu'on ne s'y retrouve pas très bien et que nous ne voyons pas à plus d'un mètre devant nous. Il faut dire que nous avons que 3 lampes frontales dont deux qui ne servent quasiment à rien et qui s'allument une fois sur deux... Après un quart d'heure de marche et de nombreux petits chemins on arrive à la plage. Un groupe est arrêté, on va voir et il y a une tortue à 10 mètres. En fait on voit juste une tâche sombre... On attend un peu et comme on voit que rien ne se passe on rentre un peu déçu mais "au moins on en a vu une" ;). Après le dîner les parents et moi on décide de quand même aller voir sur cette plage-ci. On voit plusieurs traces de tortues et un groupe arrêté plus loin. On s'incruste parmis eux pour regarder. Il y a effectivement une tortue qui fait un trou dans le sable pour y pondre ses œufs. Elle doit faire 90cm sur 70 plus ou moins. On suit le groupe et on en voit encore deux autres. Maman a été chercher Nathan et en revenant ils ont vu deux bébés qui allaient vers la mer. Les tortues ne font pas grand chose donc on part, satisfaits de notre soirée même si on ne les a pas vu pondre. 
     
    Sinon l'ambiance ça va malgré les petits soucis habituels. On était content de quitter la chaleur de la mer pour aller vers la montagne... J'essaye de profiter un maximum de nos trois semaines qui restent, ça peut paraître long mais c'est si court ! En tout cas j'adore le Costa Rica. J'aurai vraiment vécu une expérience inoubliable pendant ces six mois et j'aurai  bien pu  profiter de ma famille.  Je n'ai pas hâte de retrouver le temps dégeu et les gens cons ;) ni de quitter la zenattitude d'ici, les beaux paysages et notre vie au-jour-le-jour. Mais j'ai bien sûre envie de retrouver le bonne bouffe, ma chambre : mon espace à moi, la douche, mes amis, la famille et les scouts !!! :)
     
    À dans trois semaines les amis !
     
    Maud :D
     
     
    La montagne
     
    Nous voila donc pour 10 jours dans  le centre du pays, le temps partagé entre pluie nuages et éclaircies. Au programme :
    - D'abord une petite halte dans un refuge pour animaux de la jungle. On a bien ris avec les singes dits araignées, ils nous faisaient de vrais spectacles en nous regardant et essayeraient de communiquer... 
    - Le lendemain on se dirige vers le parc national du volcan tenorio, et on se fait de nouveau avoir par la route, il reste 9 km et c'est à nouveau une piste en pierres! Bref 1h de plus... Ce qui nous vaut au retour une pierre coincée entre les roues jumelées arrières que les garçons pros enlèvent en dégonflant le pneu, et un nouveau coup dans le pare-choc... Grande ballade vers le Rio celeste et la cascade. C'est très particulier car l'eau est bleue! Il est dit qu'après avoir peint le ciel Dieu y a trempé ses pinceaux. Et on dirait vraiment, en effet, des gaz sortent du volcan dans l'eau et créent une réaction.
    - Quelques jours au bord du grand lac arenal au pied du volcan impressionnant du même nom, avec les Costa ricains à l'eau. Et atelier terre-glaise au bord...
    - Une bonne journée (De 10 à 21h30!) dans des sources chaudes (dues au volcan) avec toboggans de malade et superbes piscines et cascades chaudes.
    - Et un parcours de tyroliennes de dingues au-dessus de la jungle. La plus longue fait 1km!!! Et haute de 120m! Vive les sensations fortes et merci St-Nicolas pour ce cadeau! 
    - Une après- midi au bord d'une rivière à cascades avec un saut de tarzan de malades de 5m de haut.
    - La traversée de la " montagne", qui ressemble fort à l'Europe avec la brume et les vaches à tâches, on se croit en Ardennes.
    - Le tout entre beaucoup de séances d'école car on a reçu les nouvelles de la classe de Martin, ils foncent et on a du retard à rattraper :-( mais ça va on a bien avancé une seconde semaine comme ça et le we et ça ira).
     
     
    Le pays
     
    Ce pays est beaucoup plus développé que tous ses voisins! Vive l'eau potable à nouveau, la propreté, les beaux espaces entretenus, la nature superbe et verte, les boulangeries et surtout la liberté absolue de dormir où on veut!!! Sans aucun stress de sécurité mais restons prudents pour les vols... L'idéal restant la plage déserte, le parking des parcs nationaux ou sites, le long d'un lac ou rivière et le terrain de sport du petit village retiré...
     
    Les gens sont à nouveau super sympas et beaucoup moins distants qu'au Guatemala. Le slogan du pays: " pura vida". Ils ont l'air d' avoir la vue très cool ici! On nous fait souvent un signe pouce vers le haut pour dire chouette en voyant le mobilhome, il faut dire que ça n'existe pas ici, ils sont donc curieux, veulent voir l'intérieur,... Nathan fait les visites aux enfants car il a toujours le contact si facile. 
     
    Le bémol du pays c'est que c'est très touristique et que tout est cher ( comme aux USA), la moindre activité ou entrée dans un parc est payante et à 6 on négocie. Ce qu'il manque c'est encore de se promener librement dans la nature car tout est protégé et donc payant... Nous ne faisons pas assez d' activités  physiques! Ouf, nous évitons tous les endroits trop touristiques avec notre mobilité.
     
    Les soirées se passent toujours dehors, jeux ou feu ou papote. Ensuite lecture et les enfants écrivent souvent dans leur carnet de voyage. Le carnet commun ( merci les descamps) est presque plein. On se fera des soirées nostalgie: lecture d'extraits, quelques photos, mauvais pain, pâtes survies, pas de dessert, pas de douche, vaisselle à la bassine, Observation des étoiles, gâteau petits beurres,... Ou crêpes car Martin aime nous les préparer, comme ce soir, avec une poêle et 6 personnes ça prend du temps mais on se régale! Nous mangeons tout de même de bons avocats tous les jours et ananas...
    Et quand on aura nos bonnes douches chaudes tous les jours, on va les savourer comme jamais! 
     
    Et j'oubliais, lise devient un vrai petit poisson, avec Maud comme prof. En effet début du voyage elle lui a appris à sauter seule de plus en plus haut, ensuite au milieu à mettre sa tête sous l'eau et se regarder et jouer, et maintenant elle nage sans ses brassards mais la tête sous l'eau, trop marrant. Et cela que si elle sent qu'elle à pied. A d'autres moments Nathan lui apprend les lettres de l'alphabet avec sa méthode, c'est mignon. Il fait dire qu'il y a beaucoup d'atelier dessins bricolages et peinture dans le mobilhome, surtout quand on roule.
     
    Oups un bonhomme est venu me dire que c'est mieux de pas laisser ses chaussures dehors la nuit car des serpents viennent se chauffer dedans... Alors qu'on en a pas encore vu, ni de grosses mygales, les 2 peurs des enfants avant le départ...
     
     
    Et la suite...
     
    Il nous reste environ 2 semaines avant de déposer notre coco au port. 
    Au programme:
    Terminer notre périple au Costa Rica en terminant par le dernier parc volcanique et une semaine de glande sur une belle plage des caraïbes avec beaucoup d'école en perspective pour pas que ce soit l'horreur à Carnaval.
     
    Une semaine à Panama, qui ne sera pas la plus drôle du voyage: 
    -entrer au Panama et traverser vers la capitale, 700 km, en quelques jours avec les arrêts
    - visiter Panama city et surtout le canal de Panama et ses écluses
    - faire le tri de toutes nos affaires : à donner, à jeter, à laisser dans le mobilhome et à prendre dans nos valises! 
    - toutes les démarches administratives du port - douane - taxes etc
    - 2 dernières nuits à l'hôtel (trouver des chambres de 6 ...)
    - nettoyer intégralement le mobilhome pour la traversée
    - et le tout sans trop de regrets que ce soit la fin snif. Beaucoup de choses se bousculent en effet dans nos têtes... Entre l'envie de rentrer, d'arrêter de bouger mais la non envie de retrouver certaines choses, le retour à l'école et au rythme belge et la nostalgie de terminer cette merveilleuse aventure et toutes ses découvertes.
     
     
    Les perdus-trouvé, la suite... Par François
     
    Chers amis, je voudrais par la présente vous proposer un petit " update " de notre rubrique "perdu de recherche". En effet, nous devons signaler un phénomène étrange dans " perdu - perdu ". Lise et Nathan ont perdu leur petit vendre rond.  Nous sommes pourtant toujours très prudents lors de nos stops, afin de ne rien oublier.... Mais ici, rien à faire, ces " objets" ont littéralement disparus... On en a parlé entre nous, pour conscientiser la troupe et éviter ce genre de perte à l'avenir. C est alors que Maud, plongée dans son cours de bio en néerlandais nous parle de l impact éventuel de notre alimentation sur ce phénomène... Mais c est bien sûr !!! Pourtant nous ne manquons jamais de tortillas, carotte, riz, pâte, poulet, céréales, haricot, etc mais c est vrai que pour les bonnes lasagnes, croissants, merveilleux, chocolat,  massepain, grain de chocos, hachis Parmentier, tartes maison, et autres, il nous faudra encore attendre un peu...
    Bonne nouvelle par contre pour les " trouvé - trouvé". Notre collection s'est enrichie d'un superbe "caleçon XXXL type moule couille", que nous avons récupéré dans notre linge propre de notre dernier "laundry". Il est donc en parfait état de propreté. Après discussion familiale et divers essais (la taille étant bonne pour y Maud, Martin et Nathan ensemble - voir photo), nous décidons de garder notre trophée, qui viendra garnir notre malle à déguisement à notre retour.
     
    A tout bientôt!!!!

    IMG_5729

     
    IMG_5701
    IMG_5468IMG_5349IMG_5359IMG_5379IMG_5387IMG_5393IMG_5403IMG_5415IMG_5645IMG_5497IMG_5518IMG_5573IMG_5609IMG_5623IMG_5627

    votre commentaire
  • IMG_4675IMG_5239IMG_4683IMG_4704IMG_4763IMG_4784IMG_4675IMG_4792IMG_4800IMG_4806IMG_4827IMG_4851IMG_4933IMG_4991IMG_5001IMG_5007IMG_5098IMG_5131IMG_5139IMG_5191IMG_5239IMG_5221IMG_5222IMG_5223IMG_5255IMG_5271IMG_5284IMG_5075

    Suite du Guatemala

    Expédition au volcan Pacaya par Nathan

    On a rencontré deux couples de Francais très sympas. Un qui voyage en schoolbus et l'autre en camion. Ceux du schoolbus vont réserver une ballade sur le volcan Pacaya qu'on a décidé de faire avec eux. A 2 h une camionnette vient nous chercher. On fait 1h de camionnette et on arrive à un village au pied du volcan. Dès qu'on sort de la camionnette des enfants crient STICK, STICK pour nous vendre des bâtons de marche. On trouve notre guide et on commence à monter. On se dit que c'etait pas une bonne idée parce qu'il y a plein de nuages et que la guide nous dit qu'on peut pas monter jusqu'au cratère... Des hommes sur des chevaux nous suivent en disant TAXI en espérant qu'on prenne un cheval mais non...
    Après une grande montée, on arrive dans les cendres noires du volcan. Et finalement c'est super beau et il n'y a pas de nuages. Il y a des pierres rouges éjectées du volcan, alors là on a compris pourquoi on ne pouvait pas aller au cratère. Après on va faire des marshmallows là où il y a de la fumée qui sort des cendres. Après on va voir à un point de vue, il y a un beau coucher de soleil au-dessus des nuages. Après on redescend et quelqu'un voit que le volcan érupte... Alors tout le monde prend des photos. Il y a des coulées de lave jusque là où on a fait des marshmallows. Le volcan crachait des jets de lave et de pierres, maman demande à la guide:
    - es peligroso?
    - si, es peligroso, vamos vamos!

    Traduction:
    - est ce dangereux?
    - oui, c'est dangereux, allons y allons y!

    On arrive au volcan au pied du volcan et on regarde encore ce spectacle spectaculaire. Et après on va vite dans la camionnette. On descend et à un moment on est juste en face du volcan alors le conducteur s'arrête. On regarde et sur le route on voit des policiers en moto qui montent à fond la caisse avec des masques à oxygène! Après on reprend la route et on retourne à la ville où on va dormir. Et on se demande ce qu'il se passe au village... L'éruption du volcan a été notée sur internet... Et le volcan est fermé aux visites.
    C'était incroyable, on ne verra certainement plus jamais ça dans notre vie!

    Lac atitlan par Martin

    Dimanche, on est arrivé au lac atitlan,c'est un très beau lac entouré de montagnes et de volcans. On s'est installé dans un grand jardin d'un hotel, au bord du lac, avec un ponton pour se baigner, et des mouchettes piquantes... Très bel endroit. On a dû mettre des planches pour entrer dans la prairie avec le motorhome. Lundi, on a été faire une ballade dans la forêt, il y avait des grands ponts suspendus qui bougeaient très fort.
    Le lendemain,on a été en bus au marché de Solola, un petit village plus haut dans la montagne. C'était un bus local, il y avait huit personnes par banquette, quarante personnes dans le couloir central et des gens à moitié dehors, le chauffeur,qui ne se souciait de rien dans cette montée pleine de tournants, passait un coup de téléphone. Pour savoir quel bus prendre ici, c'est facile : si on veut aller à Solola on va où ils crient :"Solola Solola", si on veut aller à panajachel on va où ils crient :"pana pana pana". Le marché n'était pas du tout touristique, on voulait acheter quelques petits souvenirs, mais on a rien trouvé, on a juste acheté quelques fruits et légumes et des fils à bracelet pour Maud. Au retour,on a fait l'erreur de reprendre un bus, cette fois ci, il était moins rempli, mais c'était la descente et le chauffeur roulait comme un fou, il accélérait dans les tournants. A chaque fois qu'il tournait on avait l'impression qu'il allait se renverser,j'ai eu la peur de ma vie et je ne monterai plus jamais dans un bus Guatémaltèque,JAMAIS!!
    Mercredi, on a fait une expédition en bateau, pour aller voir deux petits villages de l'autre côté du lac, tous les deux au pied d'un volcan. On s'est promené et on est monté en haut d'un bâtiment pour avoir une vue sur le lac, on a aussi acheté quelques souvenirs et un milkshake en rue. Pour revenir, le vent s'était levé et on a été fort secoué. C'était une très chouette journée.
    Jeudi, Florian et Jeanette ( les Allemands avec qui on avait passé une semaine au début du Guatemala ), nous ont rejoints pour la soirée . On pensait qu'ils n'allaient pas arriver car il faisait déjà noir, mais finalement, on les a vu arriver dans la descente, Nathan et moi, on a vite été à la rue et on leur a fait des grands signes. On a passé une belle soirée autour du feu avec eux.
    Bref, on a passé une chouette semaine pleine d'aventure au lac Atitlan. Et vendredi, on est parti et on a redit au revoir à Florian et Jeanette.

    La fin du Guatemala

    Après un petit détour par des bassins de sources chaudes dans la montagne, où nous avons rencontré un jeune belge de La Hulpe, nous nous dirigeons vers la frontière. Les guatémaltèques roulent comme des dingues! Il faut être bien prudent car dans ce pays on n'a pas d'assurance, impossible d'en trouver. Ce sera pareil au Salvador et Honduras mais ensuite on en aura une à nouveau... Il y a toujours autant de gardes armés jusqu'aux dents partout avec kalachnicof prête à servir... Surtout dans les magasins. On devient habitués.

    Comment trouvons-nous des endroits pour passer la nuit, certains doivent se demander? Alors aux USA c'était très simple, on pouvait aller n'importe sans soucis (même si en principe c'est réglementé) sauf dans les parcs nationaux où il y a des endroits prévus. On ne nous a jamais demandé de bouger. Depuis que nous sommes dans les autres pays, on doit être un peu plus prudents question sécurité. Nous avons des listes avec coordonnées GPS et commentaires venant de blogs d'autres voyageurs qui nous sont bien utiles ou on trouve facilement de nous même. C'est rare que nous passions du temps à chercher et heureusement car on est à notre 88eme endroit différent pour la nuit... Il nous manque un peu pour l’instant des grands endroits déserts dans la nature pour s'installer. Et des endroits où on peut se balader librement car attention à la sécurité, de plus il y a pas de chemins... Pour cela vive l'Europe et les USA!!!!

    Mais aussi: des bonnes douches chaudes, du bon pain croissants et pâtisseries...

    Les 10 jours prochains s'annoncent moins gais. En effet nous aimerions traverser les 3 pays suivants rapidement par manque de temps et soucis éventuels de sécurité. Il y a environ 1000 km sur principalement la panamericaine qui traverse tout le continent du canada en patagonie avec juste une interruption entre le Panama et la colombie. Mais il y a tout de même des trous partout...
    Après nous aurons le temps de terminer à l'aise par le Costa Rica.

    Ce que l'on retiendra du Guatemala en vrac:

    - la pluie
    - les habitants des montagnes tous en habits traditionnels de tissus colorés
    - le site maya de Tikal
    - Florian et Jeanette
    - l'éruption du volcan Pacaya
    - le parking de la Police d'Antigua avec tous les voyageurs
    - l'artisanat coloré et les marchés locaux
    - la boue
    - les gardes armés à tous les coins de rue
    - les guatémaltèques moins sympas que les mexicains, ils essaient d'arnaquer les touristes sur les prix
    - le marchandage et négociation car ils veulent toujours nous faire payer bien cher pour 6.
    - la nuit sous tente dans un camping désert
    - les bus fous qui dépassent dans les tournants
    - les villages assez moches en blocs béton et tôles ondulées
    - le bruit et la pollution des villes
    - le superbe lac d' atitlan entouré de volcan et le tour en lancha
    - la rencontre avec d'autres voyageurs
    - piste de boue de yax-ha et nouvel an dans la palapa sous la pluie au bord du lac à crocodiles
    - l'anarchie sur la route et les camions
    - à 6 dans un touk touk
    - Solola Solola, pana pana, guaté guaté
    - + difficile de rencontrer les gens
    - fromage très cher, pas de chocolat, pain bimbo
    - tiendas à chips et sodas tous les 100 mètres
    - réparation du pare-choc
    - la jungle et les singes, l'humidité oppressante
    - coatis et agoutis
    - la pluie et la boue

    " Impact des moyens de transports au Guatemala sur l anthropologie sociologique de la mobilité des tribus indiennes " ou " comment se rendre d un point A à un point B dans le respect de son intégrité physique et celle des autres " par votre chauffeur expérimenté....

    Aucun peuple, aucune population de part le monde, n'excepte à la règle et à ce besoin ancestral de se déplacer. Ce qui change par contre de façon fondamentale c'est la raison pour laquelle on se déplace et les moyens utilisés pour ce faire. Concentrons nous sur ce dernier point : inventaire des différents moyens de transport au Guatemala :

    La marche : la marche, sans être le moyen le plus rapide, est un moyen fort apprécié de la population locale. Elle se pratique seul ou en groupe, sur autoroute comme dans la brousse, sur le côté de la route ou au milieu, de jour comme de nuit etc.... Là ou la marche revêt un intérêt supplémentaire c'est sa capacité de transport sans limite .... Sur la tête, dans les bras, sur le dos, chaque partie du corps est exploitée pour une efficacité maximum. Le dos étant privilégié pour le transport d'enfants. Au moment du lunch, l'enfant opérera une rotation horizontale avant afin d'accéder à la cuisine maison. L ensemble des endroits du corps sont bien entendus cumulables pour le transport : fagots de bois sur la tête, enfants dans le dos, sac à la main etc....
    Le vélo : Avec le vélo on passe directement dans la catégorie supérieure. Sa capacité de charge est presque illimitée grâce à sa surface arrière qui ne présente pas de limite. 1, 2 ou 3 mètres de largeur ne pose pas de problème du moment que la charge soit équilibrée. Le vélo est aussi pratique pour le transport jusqu'à 3 personnes.
    Le touck touck vélo : Il est principalement utilisé pour le transport jusque 3 personnes également, accompagnées de leurs bagages.
    Le cheval : Étonnamment, l'usage du cheval est peu répandu. Il est utilisé pour tirer des charrettes. Le seul risque avec le cheval, ce sont les troupeaux sauvages que nous croisons. Il faut toujours s.en méfier car ils ont une tendance suicidaire assez prononcée, c'est à celui qui surgira des taillis de la façon la plus rapide se jetant dans les roues du premier véhicule venu.
    La moto : Elle est plutôt spécialisée dans le transport de personnes. C est l équivalent de la Renault scénique chez nous. Le véhicule familial par excellence. On y installe de 1 à 5 personnes. La formule parents plus trois enfants étant la plus rependue, dans la configuration suivante : jeune enfant devant le père sur le réservoir essence, suivi du papa qui pilote, enfant plus grand derrière le papa, suivi de la maman, qui porte le bébé sur son dos. Casque optionnel.
    Le touck touck à moteur : C'est celui qu on préfère ! On le trouve dans beaucoup de pays à travers le monde. Le chauffeur est devant et transporte deux ou trois paysagers à l'arrière avec leurs bagages. L atout de ce transport est sa flexibilité pour un prix assez démocratique. Ils sont disponibles 24 heures sur 24 pour des trajets court, Max 10 km. C est sans hésiter que les chauffeurs nous embarquent tous les six. Moi une fesse devant à côté du chauffeur et Sandrine derrière avec les 4 niños !!! Gare si ça monte .....
    Le pick up : c'est l'outil polyvalent par excellence, il peut transporter jusque 20 personnes en positions verticales. Son volume de charge en hauteur répond une formule physique locale : si X est la longueur du véhicule et Y son poids, la hauteur de charge est de '(4xY/100) + 3 X au carré soit min 3 fois la hauteur de la cabine.
    La camionnette pick up : idem que le pick up mais capacite doublée, soit 40 personnes en position verticale
    Le camionnette minibus : plus sécurisée que la camionnette pick up, car on s'y installe à l'intérieur, son confort est toutefois relatif, car les 8 places sur banquettes, accueillent facilement jusque 20 personnes. Ce véhicule est toutefois beaucoup plus rapide que la camionnette pick up grâce à son centre de gravité rabaissé .
    Le schoolbus américain transformé en bus de ligne : la crème de la crème !!! Très bon marché. Il part quand il est plein. Conçu pour 50 enfants américains, une fois atteint la limite légale de 200.000 miles aux USA, il est exporté dans ces pays pour une nouvelle vie de 2 à 5 millions de kilomètres. Il transporte jusqu à 120 personnes avec leurs bagages ( surtout des poulets) sur le toit. Deux opérateurs sont nécessaires à son fonctionnement. Le chauffeur, qui se concentre sur son pilotage et sur son GSM, et le "singe" responsable de maximiser la capacité de charge, d encaisser l'argent, de fixer les poulets sur le toit, d'annoncer en hurlant la destination. Le singe autorise aussi parfois des passagers extérieurs, à eux d'éviter de toucher les parois rocheuses dans les tournants. Le plus impressionnant étant certainement les démarrages en roue libre du haut des route de cols, afin d'atteindre plus rapidement la vitesse optimale. D'avis familial unanime, nous avons volontairement limité l'usage de ce transport à une expérience unique....
    Les gros camions : transport de marchandises. Ils sont gigantesques jusque 25 mètres, pouvant atteindre 40 tonnes sans problème, ils dépassent dans toutes circonstances, font un vacarme de jour comme de nuit. Évitez de vous en approcher. Tout le monde connait les semis-remolques et les doble semis-remolques mais connaissez vous les cinquo semis-remolques? Ce type de convoi est réservé exclusivement au transport de cannes à sucres, on les voit ici au Nicaragua...

    Un bel inventaire me direz vous, de quoi permettre à chacun de trouver chaussure à son pied ? Effectivement ! Une difficulté majeure et insoupçonnable se présente toutefois lorsque tout cela se met en route, de jour comme de nuit, sur des routes étroites pleines de trous, ou chacun s'arrête à la demande en fonction des besoins du client et redémarre sans clignoteur et sans regarder dans le rétro. Bref l'anarchie règne réellement sur les routes de ce pays coloré . C est à qui enverra le plus beau coup de Klaxon, le plus gros nuage de poussière et de fumée d échappement, à qui tentera le dépassement le plus "créatif " . Mais tout cela est maintenant derrière nous, nous retrouvons une forme de normalité dans nos dernières étapes, Nicaragua, Costa Rica et Panama.

    Jusqu'au bout une question me taraudera toutefois l'esprit, à savoir " l impact de la mobilité guatémaltèque sur la conduite future d un chauffeur occidental immergé pendant 3 semaines dans les tribus locales, et retrouvant, de retour chez lui, l odeur du cuir du coupé sport".


    3 jours au Salvador

    1ère nuit à la plage dans un mini parking d'un mini hotel avec mini piscine et mer. C'est dimanche les salvadoriens sont à la plage. Il y a un monde fou et bonne ambiance avec tous les enfants qui jouent dans les vagues entre les barques de pêcheurs. La mer est grise. Plein de mini resto bar le long de l'eau et tout le monde jète tout par terre. Les enfants de la bas récupèrent les bols en plastique pour faire des châteaux de sable... Bon le soir ils nettoient un peu. Ambiance tres particulière donc et il fait très chaud.

    Ensuite nous sommes allé au parc national avec 2 volcans, grand parking très beau où on peut dormir car il y a des gardes partout même la nuit et pleine de jeux... La vue est très belle mais à part faire un petit tour en une demi-heure les accès aux volcans sont fermés avec cadenas, il faut prendre un guide pour rando de 3-4h mais accès interdit au moins de 12 ans! Donc tant pis. Le matin, 2 de nos tabourets laissés près des jeux ont disparus! On nous les aurait piqués ici??? On cherche sans succès et après un garde nous les apporte, il les avaient gentiment rangés pour la nuit, je me sens un peu coupable d'avoir imaginé un vol...

    En fait les gens sont super adorables. Ils rencontrent très peu de touristes et les seuls sont dans des camionnettes touristiques avec gardes armés à l'intérieur... On se fait prendre en photos et toucher... Ils sont au petits soins. Le pays paraît plus calme que le Guatemala et les routes aussi. A nouveau aucun signe ou problème de sécurité alors que c'est un pays à mauvaise réputation... On voit plein de pubs pour Alka- Seltzer...


    Les passages de frontière ou la hantise des voyageurs:

    Passer une frontière avec notre mobilhome n'est pas le plus gai du voyage et toujours un peu un défi... En moyenne il nous coûte entre 50 et 100 dollars.
    En voici les étapes de celle-ci:
    Sortie du Guatemala:
    - tout d'abord, 12km avant la frontière on voit une énorme file de camions. Heureusement on peut la dépasser car il y en a environ 500!!!! La folie... Avec les camionneurs qui dorment dans des hamacs accrochés sous le camion. Un peu de stress.
    - montrer les passeports à l'immigration pour le cachet de sortie
    - faire annuler l'autorisation de roulage reçue à l'entrée. On reçoit d'abord un cachet, on pense que c'est bon mais un type nous suit en demandant des copies et en nous montrant le bureau de photocopies. En fait on doit encore faire une copie avec le cachet d'annulation, carte grise et passeport et aller faire encoder l'annulation dans le système. Première file... Mais sans ce papier on ne sort pas.
    Entrée au El Salvador:
    - immigration avec les passeports pas de soucis
    - et puis toujours cette autorisation de roulage à la douane. Après 1/2h d'attente et quelques copies à fournir on reçoit notre papier et on croit en avoir fini mais on nous envoie le valider dans un autre bureau. Et là, mauvaise surprise 40 camionneurs qui font la file!!!! Heureusement on nous laisse un peu passer et en 1/2h c'est réglé. D'autres attendent 4h...
    Tout est très mal organisé et que en espagnol. Ça va encore le tout nous a pris 2h. Certains camions sont là depuis 1 semaine car on apprendra plus tard qu'il y a un conflit entre le Salvador et l'association de camions et il passe un camion toutes les 10 minutes.


    Traversée du Honduras en 1 jour. 200 km environ, 2 frontières, 7h...

    Pour sortir du Salvador et entrer au Honduras c'est l'anarchie totale! Encore tous ces camions en plus! Cette fois on accepte l'aide d'un rabatteur qui nous aide à nous y retrouver dans cette "jungle". Donner des papiers, faire un cachet, refaire une copie avec cachet, recachet... Copies de plein de papiers,... En plus il nous fait payer une fumigation ( traitement contre les insectes) qu'on a jamais eu... Encore 2h. Et en sortant du pays le douanier remarque que l'autre avait oublié de remplir un cachet...
    Du Honduras on ne verra pas grand chose, juste les bords de route: plein de déchets ( ne sommes nous pas un peu responsables de ces produits d'occident qui arrivent ici, canettes plastiques,...), très sec, pas beaucoup de monde. Toujours des petits vendeurs sur les bords des routes et ici ils vendent des iguanes morts... On a bien faillit se prendre un cheval en pleine face car un troupeau a débarqué juste devant nous! Ouf gros coup de frein, François est habile. Quelques contrôles militaires mais il ne nous demande jamais rien et des cinquples camions de canne à sucre (avec 5 remorques...).
    Par contre pour sortir du Honduras et entrer au Nicaragua c'est bien organisé et ils scannent les documents au lieu de demander plein de copies! Fumigation et assurance pour le véhicule! Le tout en 1h30 immigration comprise.


    Nous sommes au Nicaragua

    Accueil très chaleureux de cette première nuit par les locaux. Ca avait l'air plus zen... Comme au Salvador tout le monde nous dit bonjour. Il faut dire qu'on impressionne souvent avec nos 4 enfants. Dans la première ville nous rencontrons un couple de voyageurs belges avec qui nous passons la soirée. Ils sont fous du Klaxon et du sifflet... Mais les routes sont bonnes.

    On change vite d'avis sur la police. En effet après presque 5 mois de paix totale, la police à l'ombre sous les arbres se réveille! 4 contrôles papiers en 1h30! Il y en a un qui a essayé de nous coller une amande pour avoir dépasser soi-disant une limite de 25 km/h! Avec un peu d'empathie, de bluf qu'on comprenait rien,... On a pu repartir, ouf car ils ont pas l'air sympas. La stratégie ultime pour qu ils nous lâchent étant de demander à lise de pleurer... Un moyen supplémentaire pour que ces policiers véreux nous foutent la paix est que François passe la croix en bois de sa communion autour du cou (vu le taux de catholicisme dans ces pays...)

    Les paysages de tous ces pays sont assez semblables avec des volcans partout: qui fument, qui crachent ou éteint, de cendres d'herbes ou d'arbres... Il fait très beau maintenant, fort chaud vers la mer mais c'est très supportable et les nuits sont plus fraîches. Finalement le plus chaud qu'on a eu est la 1ère semaine au Texas...

    Nous sommes au bord du lac Nicaragua immense! C'est le 10eme lac au monde avec des volcans au milieu et de grandes vagues d'eau non salée pour le bonheur des enfants.

    D'ici 2 jours nous serons au Costa Rica pour la fin de notre voyage. On a hâte de découvrir ce pays plus calme ( contrairement à tous ses voisins il n'a jamais été en guerre et il n'y a même pas d'armée!) et très riche point de vue nature. Par contre tout y est plus cher...

    Comment on fait en espagnol? Car ici pas grand monde ne parle anglais... A la base, je m'occupe des contacts avec mes petites bases d'espagnol. Mais petit à petit les autres s'y mettent... François peut tenir une petite conversation, c'est drôle. Et les enfants aussi avec les mots qu'ils retiennent et des gestes. Maud veut pendre espagnol à l'école l'an prochain. C'est gai aussi de les voir enfin utiliser l'anglais appris en primaire.

    Comment est l'ambiance dans notre maison? Todo bien. 1 mois et on est de retour et donc tout le monde commence à y penser. Les enfants pensent changer des choses dans leur chambre, voir leurs amis et famille, comment ça va se passer à l'école,... Notre maison va sembler trop grande... On a repris l'école activement tous les matins sauf we. On sera contents de retrouver de la propreté et un peu de confort... De revoir un pays plus civilisé, pas de terre partout, de vendeurs, de baraque en tôles, de déchets, panneaux pubs,... Et un bon fauteuil pour François!!!! Nous avons bien de la chance de vivre en belgique! Les enfants s'en rendent compte et aiment leur pays.

    Et enfin des photos!

    Bises à tous!


     

     


     

     


    votre commentaire
  •  
    Guatemala
     
    Tout d'abord bonne année! On vous souhaite une année zen. 
     
    Nos aventures continuent mais on voit tout doucement s'approcher la fin avec tristesse.
     
    Nous sommes au Guatemala depuis le 31. Nous sommes passé par le Belize car pas d'autre possibilité, juste 2 jours, le temps de passer les 2 frontières sans encombres.
    Le Belize est particulier car c'est une ancienne colonie anglaise, la langue est donc l'anglais et il y a un mélange de population: hispaniques, mayas, blacks, blancs,... Pour la frontiere on a dû planquer toute notre nourriture fraiche car on ne peut pas l'emporter... mais on a pas eu de fouille! Nous avons juste visité une petite réserve naturelle avec des singes, le black Robert les appelait " come come " de sa grosse voix et une famille s'est approchée de nous, les enfants on pu leur donner des feuilles à manger. La maman avait un petit bébé sur on ventre trop mignon. Le chef singe surveillait en criant. Ce sont des singes hurleurs ils sont petits mais crient très fort, marrant. Traversée du Belize entre les averses.
     
    Le 31, vers 15h, À la frontière vers le Guatemala nous avons revu un couple de jeunes allemands-mexicains un peu plus jeunes que nous que nous avions rencontré sur un parking quelques jours avant. Ils sont très sympas et on décide de passer le nouvel an ensemble sur le site maya très méconnu de yaxha qui n'est pas loin. Ils partent avant nous car ils ont déjà passé toutes les formalités. Quand nous arrivons à la route pour le site on découvre que c'est une route en terre de 11 km. Après 2 km il y a de plus en plus de boue... Oui en fait la saison des pluies devrait être finie depuis longtemps mais il fait dégueulasse en fait... Va.t.on continuer cette route? Sinon où aller, dans moins d'1 h il fait noir... Et ce couple qui nous y attend. La route devient de pire en pire, on hésite, peut-être ont.ils faut demi-tour? Après 5 km on demande à des gens si ça continue ainsi ou si c'est pire, ils nous disent encore 5 km mais vous avez fait le pire. Et qu'y avait-il juste après???? Une grande descente dans 30cm de gadoue!!!! Si on ne s'était pas donné rendez-vouslà-bas on aurait jamais ete par là... Il fait noir on arrive au campement du site où nous attendent donc Florian et jeannette! Ouf il y a une " palapas" , terrasse couverte, pour passer la soirée. On est seuls dans ce bout du monde, dans la gadoue totale, au bord d'un lac avec un panneau " ne pas se baigner, crocodiles..." Et on passe une soirée très sympa dont on se souviendra toujours!
     
    On se demande tout de même comment, mais comment va-t-on partir d'ici???? Nuit agitée pour François... C'est impossible de remonter la pente de boue seuls, il n'ya pas de risque d'autre qu'être bloqués mais on a déjà bien abîmé le pare- choc à l'aller et perdu une pièce qui ferme les eaux usées sous le motorhome ( pas grave). Et il pleut toujours autant... On décide d'office de rester une seconde nuit ici et l'apres- midi le temps se calme et on peut visiter ce site grandiose avec aussi le cri et la vue des singes. On sait bien ce que c'est les forêts tropicales maintenant et on est bouffés par les moustiques, on se gratte toutes les nuits, surtout aux pieds...
     
    On se renseigne bien sur l'évolution de la route et l'aide au on peut avoir pour sortir de là... Il semble qu'un truck du site est dispo pour ça... Après consolidation du pare- choc, le lendemain on se met en route avec nos amis en estimant 1 à 3h pour faire ces 11 km. A la grille on demande de l'aide au truck qui est parti chercher du bois... Attente 1h... Pendant ce temps les enfants font de la terre glaise avec la boue qui colle bien et décorent le mobilhome... C'était la folie, on s'est lancé dans la montée derrière le truck, il glissait fort et s'est arrêté presqu'en haut et nous a bloqué, on y était presque! Ensuite il nous a tiré avec une corde, on était enfoncés dans le boue mais  dessous un sol dur. Ensuite encore 5 6 passages difficiles (pire que à l'aller) avec planches et cales mais on a réussi! On ne sait pas comment mais plus jamais on ne prendra un chemin pareil!!!!! Soulagement général. Il faudra voir les photos dingues... Enfants restés bien calmes...
     
    Ouf car il était temps de se ravitailler en eau pain fruits et légumes...
     
    2 jours au bord  du lac peten, avec pluie, ponton, opération réparation du pare- choc tous les garcons ensemble, grandes discussions, partage, feu, école, baignade, cartes... C'est très gai de passer quelques jours avec d'autres voyageurs qui ont la meme philosophie, qui sont hyper zen et sympas! On parle tous en anglais, les enfants aussi ( surtout nathan et son côté non timide). Les enfants  leur apprennent des jeux ( genre rikiki) et Maud plein de tours de magies, Florian improvise avec eux un " concert" avec bouteilles d'eau, couvercles et autres, tres rythmique. Les enfants leur apprenent des mots de francais avec des grands fou rires... Des supers moments de partage uniques pour tous malgré la pluie et la grisaille qui s'installent ( pour nous faire penser à la  belgique????) les enfants ne se disputent même plus... Le tout dans une grande simplicité et le respect de l'intimité de chacun....
     
    Il est temps de se diriger vers tikal, le plus connu des sites mayas que François et moi avant visité il y a 18 ans et qui nous avait fort impressionné... A l'arrivée cette fois c'est Florian et jeannette qui sont embourbés de 40 cm et impossible de les sortir de là.... Nous on visite le site sous la petite pluie mais c'est très beau. On voit encore de drôles d'animaux, des coatis et des agoutis (mon totem!). Dernière soirée tres chouette avec nos amis car il est temps de continuer notre route et eux doivent faire quelques jours de réparation à leur camper car ils sont en route  pour 2 ans... Au revoir triste, ils étaient supers avec les enfants et "juste comme nous" dit Nathan, qui a eu un super contact avec Florian...
     
    Le soleil semble revenir un peu, on espère car tapis et essuies humides... Pantalons et godasses assez pleines de gadoue...
     
    Contrairement aux USA, on trouve souvent des douches... Souvent froides ou mini net mais c'est déjà ça! Sinon souvent de l'eau pour se rafraîchir ou laver, mer, lacs, rivières, bassins....
     
    On est tellement bien dans notre petit rythme que pour le moment personne n'a envie de rentrer... Mais le temps passe et on commence à voir la fin... 7 semaines... On a encore eu aucun problème et cette vie ( même si elle ne peut pas continuer éternellement) est vraiment enrichissante et agréable. Ça va certainement fort souder notre famille... On commence à organiser notre bateau de retour...
     
    Bon le soleil de 2 jours n'était qu'illusion, à Rio Dulce, 2 jours de drache continue! On croyait ne voir ça que chez nous! Heureusement on dort dans une marina et il y a un petit salon... On fait la galette des rois avec un gâteau local et un couple sympa de canadiens qu'on avait déjà croisé au Mexique. On oublie l'excursion vers la mer,  direction l'ouest et la montagne où il semble faire meilleur...
     
    Nous sommes surpris par les prix qui sont ici plus élevés qu'au Mexique alors qu'on s'attendait à moins. Malgré tout on dort plus souvent dans des endroits "sécurisés". Comme ici à antigua où la police touristique met un grand espace jardin clos pour les campers à disposition. C'est la première fois qu'on rencontre autant de voyageurs. C'est sympa de voir chacun avec un projet et un véhicule différents. Il y a un couple de jeunes français dans un schoolbus du Canada, un couple de brésilien en pick.up, un couple de suisses en jeep, un couple d'allemands en westfalia, une famille anglaise dans un gros camion, un couple jeunes italiens en tente et un couple de français en petit camion...
     
    Nous avons passé une soirée sympa hier avec tous les français ( 1ère fois qu'on en voit) et avons décidé de faire cet apres.midi l'ascension du volcan pacaya ensemble ( qu'on avait fait à 2 18 ans plus tôt sous la drache), il fait très beau enfin.
     
    Voilà pour les nouvelles. Pour la suite nous allons passé quelques jours au superbe lac atitlan et ensuite nous allons traverser le san Salvador, Honduras et Nicaragua en une bonne semaine pour prendre bien notre temps qui reste au Costa Rica...
     
    Retour le 28 février...
    Imagen 073Imagen 068Imagen 056Imagen 110Imagen 116Imagen 117Imagen 124Imagen 131Imagen 021Imagen 038Imagen 043Imagen 056Imagen 147Imagen 152Imagen 155Imagen 160Imagen 187Imagen 192Imagen 231Imagen 236
    Lighthouse

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires